Biographies > Soeur Rhéa Larose

Soeur Rhéa Laroseph_67 Sr Larose

Le chant thème Salut à toi fut composé par soeur Rhéa Larose, lorsqu’elle était directrice de l’académie de l’Hôtel-Dieu dans les années 1940. La mélodie de la chanson O, ma Laura est emprunté à un film de l’époque. Élèves et étudiantes de l’académie et du collège Maillet savaient cet hymne par coeur et le chantaient aussi bien lors de rencontres amicales que dans les grandes circonstances. La devise de l’école était : Sois fidèle!

Soeur Larose, grande amie de la jeunesse étudiante et fondatrice du collège Maillet, était une femme déterminée, très cultivée et entièrement donnée à Dieu.  Sa contribution à l’éducation supérieure a été officiellement reconnue, entre autres, le 24 septembre 1999. Le Campus Saint-Louis-Maillet d’Edmundston, constituante de l’Université de Moncton, lui rendait alors un hommage insigne en conférant le nom de Rhéa-Larose à sa bibliothèque. Lors de cette cérémonie de dédicace, soeur Jeannine Michaud, ancienne directrice de la bibliothèque, et soeur Bertille Beaulieu, professeure en études françaises, représentaient la congrégation des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph. Madame Marie Elisa Ferran, qui était arrivée comme professeure au collège Maillet en 1964, présenta ainsi son ancienne directrice.

« Née le 11 novembre 1899 à Ottawa, Rhéa fit des études en pédagogie chez les Soeurs Grises d’Ottawa et travailla dès 1916 pour les ministères de la Défense et des Statistiques du Canada. Attirée par la vie religieuse et le Madawaska, elle entra au noviciat des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph à Saint-Basile en 1926. La connaissance de soeur Maillet, fondatrice de l’Hôtel-Dieu, et des études en arts et en sciences sociales transformeront sœur Larose en véritable pionnière.

Femme de son époque, ardente francophone, la jeune institutrice rêve de donner un nouvel espace vital, intellectuel et spirituel aux jeunes filles du Madawaska, en leur offrant le baccalauréat ès arts, à l’égal des jeunes hommes qui s’inscrivent alors au collège Saint-Louis à Edmundston. En 1949, avec une ténacité légendaire, soeur Larose fonde le collège Maillet, avec l’appui de sa communauté religieuse de Saint-Basile et en collaboration avec les pères eudistes. Elle est fermement convaincue que les femmes ont droit à la même formation que leurs confrères.

Infatigable, elle participe à la mise sur pied du baccalauréat ès arts, de l’École normale pour religieuses, du programme de pré-sciences, des cours de secrétariat juridique et de secrétariat médical, et enfin du baccalauréat en Sciences infirmières, sans oublier de nombreuses activités culturelles et artistiques. Jusqu’en 1965, elle sera à la direction du collège Maillet.

Sa grande détermination est à l’origine de projets éducatifs au Madawaska. L’honneur qui lui est rendu en nommant la Bibliothèque Rhéa-Larose est des plus mérités et s’appuie sur sa contribution au développement des arts et des lettres, sa vision d’un monde où la femme participe au progrès social, sans oublier l’amour des livres et du beau, qu’elle a fait partager à tous et à toutes, que ce soit par la musique, la danse, les arts visuels, le théâtre et la littérature.

Soeur Rhéa Larose a aimé profondément Dieu, sa communauté et le Madawaska. Elle est décédée le 9 janvier 1979 à l’Hôtel-Dieu Saint-Joseph de Saint-Basile. Le nouveau nom de la Bibliothèque Rhéa-Larose perpétuera le souvenir de ses accomplissements et de ceux des Religieuses Hospitalières de St-Joseph. »





Quoi de neuf?

Les véritables motifs à l’origine de Montréal

La conférence « Les Véritables Motifs de la création de Montréal », présentée au 5eCongrès de spiritualité  de l’École française, par Bertille […]

Lire la suite...

Jeanne de Baugé, épouse de Jérôme Le Royer

Beaucoup d’ouvrages ont été publiées sur Jérôme Le Royer de la Dauversière, mais il existe très peu d’information sur son […]

Lire la suite...

voltige autour des clochers

Voltige autour des clochers de l’Hôtel-Dieu et de l’église de Saint-Basile, Nouveau-Brunswick,  dans la vallée du Haut-Saint-Jean. Par François Foulem. […]

Lire la suite...