Pages d’histoire > Bref historique de l’Hôtel-Dieu

Historique de l’Hôtel-Dieu St-Joseph de Saint-Basile

 

Origine de l’Hôtel-Dieu et des Religieuses Hospitalières de St-Joseph

ph_845-Jérôme-Le-Royer

Jérôme Le Royer de la Dauversière

ph_845 Jérôme Le RoyerLa communauté des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph s’est implantée au Madawaska en 1873, mais elle a ses racines en France au 17e siècle. En effet, elle a été fondée en 1636 par Jérôme Le Royer de la Dauversière et Marie de la Ferre pour soigner les pauvres malades à l’Hôtel-Dieu de La Flèche. D’autres maisons ont ensuite été fondées en France, soit à Laval et Baugé en 1650, puis à Moulins en 1651. En 1659, trois religieuses hospitalières désignées par Jérôme Le Royer arrivent à l’Hôtel-Dieu de Montréal. Environ deux cents ans plus tard, de petits groupes de religieuses hospitalières quitteront Montréal pour répondre aux besoins de régions éloignées. Elles iront fonder un hôpital à Kingston en Ontario en 1845. Au Nouveau-Brunswick, elles viennent d’abord à Tracadie pour soigner les lépreux en 1868, puis aux Hôtels-Dieu de Chatham en 1869, à Saint-Basile de Madawaska en 1873, et à Campbellton en 1888. Partout elles soignent les malades et font de l’enseignement aux filles et aux garçons.

En réponse à la demande de Mgr James Rogers, évêque de Chatham, et grâce à l’appui de mère Pagé, supérieure de la communauté de l’Hôtel-Dieu de Montréal, sept sœurs sont nommées pour prendre la relève à l’académie de Madawaska en 1873. Mère Davignon, supérieure, et ses compagnes hospitalières entreprennent aussi la fondation d’un petit hôpital. Mère Davignon mourra  prématurément le 2 février 1874, et sœur Maillet sera la seule fondatrice à demeurer à Saint-Basile toute sa vie.

Avec le temps, l’Hôtel-Dieu et ses dépendances ressembleront à «une petite république» abritant des œuvres éducatives et hospitalières. Une galerie virtuelle de 425 photos accessible dans ce site Web illustre une bonne partie de l’histoire et du développement de l’Hôtel-Dieu entre 1873 et 1935.

ph_779 Couvent, pensionnat  et école, 1889 à 1915

Premier édifice en brique: pensionnat et couvent 1885 à 1915

Dès leur arrivée à Saint-Basile, les religieuses hospitalières accueillent des orphelines et ouvrent le pensionnat pour jeunes filles abandonné par les sœurs de la Charité de Saint-Jean, Nouveau-Brunswick.

En 1885, l’académie est reconnue comme école publique et assure l’enseignement aux élèves externes et pensionnaires.

En 1889, un premier édifice en brique à quatre étages sert à la fois d’orphelinat, de pensionnat pour garçons et filles, d’école publique et de couvent pour les religieuses.

ph_3683-Académie-de-l'Hôtel-Dieu,-puis-Académie-Maillet.--1936-à-1972

Académie de l’Hôtel-Dieu et premier Collège Maillet

 

Les filles entre cinq et dix-huit ans, orphelines et pensionnaires, habitent le pensionnat Sainte-Catherine, alors que les garçons, entre six et treize ans, orphelins et pensionnaires, sont au pensionnat Saint-Louis.

L’Académie de l’Hôtel-Dieu offre tous les programmes d’études du niveau élémentaire au secondaire et une classe préparatoire à l’École normale du Nouveau-Brunswick.

 

ph_672 Collège Maillet, 1963-1972.

Collège Maillet, 1963-1972.

 

En 1947, le pensionnat des garçons ferme ses portes. Aussitôt, le collège Maillet commence à offrir aux jeunes filles une formation postsecondaire conduisant au baccalauréat ès arts. En 1972, il y aura fusion du collège Maillet de Saint-Basile et du collège Saint-Louis d’Edmundston. À l’ouverture des polyvalentes dans la région, les classes du secondaire et le pensionnat des filles ferment définitivement. En 1982, l’école élémentaire Maillet, qui louait des locaux à l’Hôtel-Dieu, sera transférée à l’édifice Maillet. Cependant la maternelle de Saint-Basile demeure à l’Hôtel-Dieu.

 Soin des malades à l’Hôtel-Dieu

ph_4088-Premier-hôpital,-de-1877-à-1915

Premier hôpital du Madawaska, 1877 à 1915

Les soins de santé offerts au premier hôpital du Madawaska commencent tout doucement en 1873. Tous les malades qui se présentent sont admis sans distinction de langue ou de religion. Des rentiers et des pensionnaires logent dans des chambres de l’Hôtel-Dieu ou dans des maisons tout près du couvent appartenant aux religieuses.

En 1877, débute la construction d’un hôpital en bois annexé à l’édifice principal qui servait de couvent pour les religieuses.

Une fois terminé en 1881, ce petit hôpital peut recevoir une vingtaine de malades. De bons médecins offrent leurs services et l’hôpital, qui est le seul « à cent milles à la ronde », atteint rapidement une bonne réputation.

ph_4589   Deuxième hôpital Hôtel-Dieu, de 1915 à 1946.

Hôtel-Dieu, deuxième hôpital, de 1915 à 1946.

En 1915, les filles pensionnaires et les religieuses s’installent dans le nouveau pensionnat et le monastère, construits en même temps que la nouvelle chapelle avec son très beau clocher d’argent qui s’aperçoit de loin. L’édifice en brique qui date de 1885 devient alors vacant et l’hôpital y est aménagé pour recevoir une soixantaine de malades. Avec son équipe de médecins dynamiques et des religieuses avant-gardistes, l’Hôtel-Dieu entre dans une période de modernisation des soins de santé. Dans les années 1940, l’hôpital est devenu trop petit, et les sœurs de Saint-Basile acceptent de construire un Hôtel-Dieu à Edmundston. En 1946, les malades, le personnel, l’école des infirmières et un groupe de religieuses y seront transférés. Le Foyer St-Joseph occupera l’espace ainsi libéré à l’Hôtel-Dieu de Saint-Basile jusqu’à  son transfert en 1976 à l’ancien Sanatorium, construit et dirigé lui aussi par les sœurs de Saint-Basile.

Résidence Hôtel-Dieu Saint-Joseph 

ph_279  Vue aérienne 3 de l'Hôtel-Dieu, Saint-Basile, 2014.

Vue aérienne de l’Hôtel-Dieu, Saint-Basile, 2014. Photo Irma Beaulieu Toner

Par la suite l’Hôtel-Dieu de Saint-Basile devient une résidence pour personnes âgées autonomes qui s’agrandit en 1982 avec le départ de l’école Maillet. De 2011 à 2013, d’importantes rénovations totalement prises en charge financièrement par les Religieuses Hospitalières permettent d’ouvrir un foyer de soin dans l’aile Le Royer, entièrement transformée et mise aux normes. La résidence Hôtel-Dieu continue d’héberger des personnes autonomes dans l’édifice construit en 1935, qui prend le nom d’aile St-Joseph.

En 2013, la congrégation des Religieuses Hospitalières de St-Joseph cède la propriété et l’entière administration de la Résidence Hôtel-Dieu St-Joseph à la corporation des Œuvres de l’Hôtel-Dieu. Une fondation mise sur pied au début des années 1990 continue de soutenir les Oeuvres de l’Hôtel-Dieu.

Gestion du site: Bertille Beaulieu, archiviste des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph, Saint-Basile, N.-B.





Quoi de neuf?

Hommage aux Religieuses Hospitalières de St-Joseph par l’UMCE

Le 13 octobre 2017, l’Université de Moncton, campus d’Edmundston rendait hommage aux Religieuses Hospitalières de St-Joseph en nommant une voie […]

Lire la suite...

Vie de Jérôme Le Royer en images

Afin de mieux faire connaître Jérôme Le Royer de la Dauversière et son oeuvre, nous avons reproduit une série de […]

Lire la suite...

Les véritables motifs à l’origine de Montréal

La conférence « Les Véritables Motifs de la création de Montréal », présentée au 5e Congrès de spiritualité  de l’École française, par Bertille […]

Lire la suite...